Reconnaître et accepter les émotions

L’émotion est une sensation qui, née à l’intérieur de nous, se manifeste à l’extérieur.
Les auteurs qui se sont penchés sur le sujet ne s’accordent pas sur le nombre des émotions, mais tous considèrent comme les émotions de base : la peur, la colère, la joie et la tristesse.
Pour certains, les émotions constituent en quelque sorte le moteur de la vie. Ce qui est certain, c’est qu’elles sont en étroit rapport avec notre vie relationnelle.



Reconnaître et accepter les émotions
Il s’agit d’un phénomène inné et naturel, que nous ne pouvons pas empêcher d’exister. Les émotions sont de nature occasionnelle, et elles présentent des critères spécifiques, comme l’ont démontré de nombreuses études, en particulier celles de Paul Ekman. En effet, ce qui caractérise une émotion c’est qu’elle surgit rapidement, de façon involontaire, qu’elle est le résultat d’un événement spécifique et que sa durée est limitée dans le temps.
Les émotions jouent un rôle essentiel dans les relations interpersonnelles et dans la communication affective. Elles peuvent faire naître une relation, elles peuvent la ranimer, la gâcher, l’empêcher d’exister ou encore y mettre fin.
Tous les hommes, quelle que soit leur origine, éprouvent des émotions. Pour tous, les manifestations corporelles sont les mêmes : augmentation ou baisse de la fréquence cardiaque, augmentation ou baisse du rythme respiratoire, pâleur ou rougeur, expressions du visage et modifications au niveau hormonal.
L’émotion est donc un état normal de la condition humaine.
Nous avons du mal à la cacher, à cause justement de ces manifestations si aisément repérables : c’est pour cela que le langage courant dit que les émotions nous « trahissent ».

Considérons une émotion fort commune : la peur.
Nous avons tous peur – ou eu peur, dans le cours de notre existence – de quelque chose. Avoir peur est naturel, c’est aussi fort utile, si la situation le justifie. Quand nous nous trouvons devant un danger potentiel, la peur crée en quelque sorte les conditions physiques et mentales, pour nous permettre de l’affronter. Dans le cas d’une peur justifiée, tout le corps est en alerte maximale, les muscles sont prêts, la vue s’améliore, les fonctions corporelles qui ne sont pas nécessaires à la fuite ou au combat perdent de l’importance. Dans ce cas, la peur est bénéfique, voire nécessaire.
Mais il arrive que la peur soit trop intense et produise les effets contraires : le corps est paralysé, les muscles tétanisés et la vue se brouille. Nous ne pouvons donc pas faire face au danger. On voit bien à quel point le corps, même dans ses fonctions essentielles, est lié aux émotions.
Il arrive aussi que la peur continue de nous habiter pendant longtemps alors que le véritable danger n’existe plus. Cette peur sans fondement devient un problème qui peut nous empêcher de mener une existence normale.

Toutes les émotions ont une fonction précise. La joie permet de gérer les situations qui se terminent bien. Elle s’exprime avec un sourire « vrai », qu’il est possible de distinguer du sourire « faux » parce que les muscles du visage se contractent spontanément. La joie ne peut exister que lorsque les autres émotions (peur, tristesse et colère) sont absentes et le corps détendu et serein.
La colère intervient pour gérer les questions de territoire et pour organiser notre défense quand nous nous sentons envahis.
Elle se manifeste avec des expressions d’attaque, en mettant en mouvement toutes les parties du corps pour qu’elles se tiennent prêtes à servir en cas de besoin.
La tristesse est nécessaire pour gérer les questions de perte et se manifeste avec le désir de se retirer et de rester seuls, pour pouvoir effectuer le deuil qui s’impose après toute séparation définitive.
Les muscles en général se relâchent tandis que ceux de la zone orbitale se contractent. Quant à la peur, nous l’avons déjà dit, elle nous met en alerte dans les moments de danger ou ressentis comme tels.

Les émotions sont les bienvenues dans la vie de tous les jours, car elles ont un rôle important à jouer, mais elles peuvent devenir invalidantes quand, au lieu de nous accompagner, elles nous envahissent et nous rendent la vie difficile.
De nos jours, nous sommes nombreux à ne pas pouvoir gérer correctement nos émotions : nous nous efforçons alors de les enfouir le plus possible et de ne rien manifester. Ces différentes attitudes sont si courantes qu’elles ont donné lieu à des phrases-clichés, fausse sagesse des lieux communs : par exemple il ne faut pas pleurer devant les autres, ni se mettre en colère en public, ni manifester sa tristesse ou sa joie et encore moins dire « je t’aime » aux êtres chers !

À rebours de ces croyances communes et erronées, il est bien plus constructif de considérer comme normal et justifié : – d’être triste et de pleurer quand, par exemple, notre ami/e nous quitte pour quelqu’un d’autre ; – d’exprimer, à travers les paroles aussi, l’amour pour nos enfants ;
– de hurler quand nous en sentons le besoin, comme pendant une grosse colère ;
– d’être comblé de joie quand nous sommes reconnus pour quelque chose que nous avons fait ;
– de trembler après avoir risqué d’être blessé lors d’un accident.
Ceux qui fuient leurs émotions, montrent qu’ils en ont peur et qu’ils ne sont pas à l’aise avec elles.
Il peut nous arriver aussi de refuser de voir les émotions que les autres expriment : souvent nous fuyons ou nions ces manifestations car les émotions nous mettent en contact avec une réalité que nous occultons. C’est comme si elles nous permettaient de toucher la « grande Vérité », celle qui se trouve à l’intérieur de nous, et nous éloignent de la « petite vérité », celle qui repose sur les illusions que nous nous sommes créées pour fuir le contact avec notre « vrai » moi.
De la négation des émotions naissent des phrases de ce type :

– Tout va bien. Tout va toujours bien.
– Il n’y a pas de problème.
– Dans la vie, il ne faut pas prêter trop d’attention à ce qui se passe, il ne faut pas s’écouter.

Quand il n’y a pas de clarté ni de transparence dans la gestion des émotions, nous ne pouvons pas faire naître ou entretenir une relation saine et constructive. Tôt ou tard ce manque de clarté envers nous et envers les autres créera des problèmes dans nos relations.
Il est donc important d’accepter pleinement que nos émotions existent et qu’elles se manifestent.
Ensuite, il faudra travailler sur elles, apprendre à les reconnaître, à les gérer, pour être à l’aise avec soi-même et établir avec les autres des relations sans ambiguïté. Alors seulement nous pourrons accueillir et recevoir sereinement les émotions de notre entourage et des êtres que nous sommes amenés à croiser sur notre chemin.





Pour en savoir plus :
Alessandra Moro Buronzo, Les trois piliers du bien-être, Editions Dervy
www.buronzo.com


Jeudi 18 Septembre 2008
Alessandra Buronzo


Programme minceur et bien-être 100% nature

Programme minceur et bien-être 100% nature


Découvrez le programme minceur et bien-être 100% nature d’Alessandra Moro Buronzo, présenté par Olivia Adriaco. Recevez tous les jours vos emails de coaching ainsi que des vidéos conseils pour retrouver la ligne et la forme grâce à l’approche mise en place par Alessandra Moro Buronzo. Accédez à des plans repas, des listes de courses hebdomadaires et passez votre test des Fleurs de Bach pour découvrir le mélange qui répondra à vos besoins. Posez vos questions à une équipe de diététiciennes dédiée à votre bien-être et découvrez la communauté « Maigrir 100% Nature » pour vous aider à atteindre votre objectif. Passez dès maintenant votre bilan minceur GRATUIT avec Alessandra en cliquant sur le lien ci-dessous : http://methode-naturelles.aujourdhui.com/maigrir.asp

Liste de liens

Les infos de...

Inscription à la newsletter

Français  Italian

Tous mes livres

Les vertus de l'ortie

Le petit livre des fleurs de Bach

Les bienfaits du vinaigre

Docteur, est-ce normal ou pas?

Mes astuces et conseils de NATUROPATHE

Antioxydants qui guérissent

Encyclopédie des fleurs de Bach

Bicarbonate de soude - Citron - Vinaigre - Argile - Miel - Sel. Les 6 produits miracles

Salades composées selon Alessandra !

La conscience de la nature