Les OGM

Ce sigle désigne les organismes génétiquement modifiés, c’est-à-dire les plantes dont le patrimoine génétique naturel a été modifié par l’introduction d’un ou de plusieurs gènes étrangers. Cette manipulation a été permise grâce aux progrès de la recherche scientifique, qui est en mesure de donner à une plante des caractéristiques qu’elle n’avait pas auparavant. Or, une telle mutation ne serait pas possible naturellement, c’est-à-dire si l’on suivait les lois de la nature. Les hommes ont depuis toujours exercé des croisements, que ce soit sur les plantes ou sur les animaux, mais jusqu’à maintenant, cela ne dépassait pas la frontière de l’espèce.



Les OGM
Ces gènes ajoutés et transférés d’un organisme à un autre ne modifient pas la valeur nutritionnelle, ni le goût des plantes, mais, avec eux, on franchit la barrière des genres et des espèces : c’est le cas de la fraise dans laquelle on introduit le gène du poisson des mers froides, pour qu’elle ne gèle pas… Certains d’entre eux font en sorte que la plante produise une toxine insecticide ou qu’elle résiste à un herbicide ; d’autres permettent à certains légumes de mûrir moins vite et à d’autres de se conserver plus longtemps.
Par exemple, le maïs transgénique a été conçu, selon la version officielle, pour le bien-être de l’humanité. En effet, il n’y aurait plus besoin d’insecticide pour sa culture et il serait plus résistant aux maladies et, bien sûr, plus rentable pour les agriculteurs. Un gène de la bactérie qui sert à la fabrication des insecticides a été introduit dans la cellule de la plante, afin qu’elle fabrique son propre insecticide.
Toute la plante du maïs, de la racine à l’épi, si l’on peut dire, contient de l’insecticide. Selon certains chercheurs en génie génétique, la quantité de pesticide produit par la plante elle-même serait de beaucoup supérieure (de 100 à 1 000 fois) à ce qui est en moyenne épandu sur un champ de maïs en culture intensive. Le problème qui se pose aujourd’hui est que l’on ignore les répercussions que ces pratiques peuvent avoir, dans le temps, sur l’organisme humain, sur celui des animaux et sur le milieu ambiant. Les avis divergent et le débat est vif.

Aux États-Unis, beaucoup de plantes sont déjà transgéniques (la pomme de terre, le soja, la tomate, le maïs…). Elles sont cultivées sur une grande échelle et commercialisées sans problème. L’Union européenne est, quant à elle, beaucoup plus réticente à se lancer dans ce type de culture, et ses différents membres le font à titre expérimental, en imposant divers contrôles. L’Union exige que, sur les étiquettes, la présence d’OGM soit signalée. Malheureusement, l’application des règles n’est pas toujours facile à surveiller, car il n’est pas toujours évident de les détecter.

Parmi les produits susceptibles de contenir des OGM à moyen ou long terme, se trouvent :
- l’aspartame, un additif présent dans tous les produits « light », tels que les gommes à mâcher, les bonbons, les boissons, certains produits allégés ;
- certaines enzymes utilisées dans la fabrication du fromage ;
- des hormones pour la croissance des bovins ;
- des amylases employées pour faire le pain, la farine et la bière ;
- certaines bactéries lactiques utilisées dans la fabrication du fromage, des yaourts, dans la salaison de la charcuterie, la conservation des olives ou la fabrication du cidre, du vin et des produits qui demandent une fermentation ;
- les viandes provenant d’animaux nourris avec une alimentation riche en produits transgéniques (le soja, par exemple) ;
- le saumon et les crustacés (les crevettes, en particulier) ;
- des légumes, tels que les asperges, les betteraves, les choux, les carottes, les brocolis, certaines salades, les épinards, les concombres, le maïs, le soja, la pomme de terre ou la patate douce ;
- des fruits, tels que les fraises, les framboises, les bananes, les citrons, les melons, les noix, les noisettes, les kiwis, les arachides, le raisin, la tomate, la pomme ;
- des céréales : le blé, l’orge, le riz ;
- mais aussi le cacao, le café, le tournesol et le colza.


Pour en savoir plus :
Alessandra Moro Buronzo, Manger neuf, Editions Chiron
www.buronzo.com


Mercredi 17 Septembre 2008
Alessandra Buronzo


Programme minceur et bien-être 100% nature

Programme minceur et bien-être 100% nature


Découvrez le programme minceur et bien-être 100% nature d’Alessandra Moro Buronzo, présenté par Olivia Adriaco. Recevez tous les jours vos emails de coaching ainsi que des vidéos conseils pour retrouver la ligne et la forme grâce à l’approche mise en place par Alessandra Moro Buronzo. Accédez à des plans repas, des listes de courses hebdomadaires et passez votre test des Fleurs de Bach pour découvrir le mélange qui répondra à vos besoins. Posez vos questions à une équipe de diététiciennes dédiée à votre bien-être et découvrez la communauté « Maigrir 100% Nature » pour vous aider à atteindre votre objectif. Passez dès maintenant votre bilan minceur GRATUIT avec Alessandra en cliquant sur le lien ci-dessous : http://methode-naturelles.aujourdhui.com/maigrir.asp

Liste de liens

Les infos de...

Inscription à la newsletter

Français  Italian

Tous mes livres

Les vertus de l'ortie

Le petit livre des fleurs de Bach

Les bienfaits du vinaigre

Docteur, est-ce normal ou pas?

Mes astuces et conseils de NATUROPATHE

Antioxydants qui guérissent

Encyclopédie des fleurs de Bach

Bicarbonate de soude - Citron - Vinaigre - Argile - Miel - Sel. Les 6 produits miracles

Salades composées selon Alessandra !

La conscience de la nature