Interview du réalisateur du film "Milarépa"

Où êtes-vous né?
Je suis né près de Thimphu, la capitale du Bhoutan, en 1973. Le Bhoutan se situe entre l’Inde et le Tibet. Le Tibet est actuellement sous la tutelle de la Chine, nous devons donc dire qu’entre la Chine et l’Inde se trouve un petit pays appelé le Bhoutan.



Interview du réalisateur du film "Milarépa"
Les gens vous appellent Rinpoché. Qu’est-ce que cela signifie?
La traduction littérale est «précieux», comme des bijoux précieux, des choses précieuses, comme les diamants; ce qui est précieux se dit «Rinpoché». Toutefois, en tibétain, Rinpoché est habituellement réservé à un professeur. Ainsi, il semblerait que l’enseignant soit très important pour le bouddhisme tibétain.

Où est votre monastère?
L’un est au Tibet, l’autre en Inde.

Vous arrivez à partager votre temps entre les deux?
J’ai été une seule fois au Tibet. En raison de la situation politique entre la Chine et le Tibet, je ne suis pas autorisé à m’y rendre. Ainsi, la plupart du temps je vis dans mon monastère dans la ville de Bir dans les montagnes indiennes de l’Himalaya.

Alors, quelles sont vos activités dans le monastère?
Ma principale mission est d’éduquer tous les moines et les aider à devenir des praticiens accomplis de l’enseignement du Bouddha. Cela se fait en les aidant à cultiver la compassion et le désir d’aider les autres. Ceux qui sortent du monastère sont formés à suivre les paroles du Bouddha, qui a enseigné l’amour universel et le concept de responsabilité universelle. En découvrant de notre propre paix intérieure, nous tentons de mener une vie saine et éthique avec le désir de conduire les autres dans cette voie pour ainsi contribuer à un monde meilleur.

Quand avez-vous vu votre premier film?
J’ai vu mon premier film quand j’avais environ douze ans. J’étais allé au Bhoutan depuis l’Inde pour recevoir les enseignements de Sa Sainteté Dilgo Khyentse Rinpoché. Nous n’avions pas de télévision au monastère à l’époque, mais il m’est arrivé de voir une partie d’un film sur une petite télévision dans un magasin en ville, mais je n’avais jamais vu un grand film. Alors, quand je suis arrivé au Bhoutan, ils m’ont dit : “Allons voir un film”. Je pensais que ça allait être sur un téléviseur, alors quand j’ai vu le film et qu’il était si grand, j’ai été vraiment surpris.

Vous souvenez-vous de quel film il s’agissait?
Je me souviens très bien, parce que c’était un film avec Bruce Lee, mais je ne me souviens plus du titre.

En voyant ce film pour la première fois, avez-vous eu la prémonition ou l’idée qu’un jour vous feriez un film?
Non, non, je n’avais même pas pensé à faire un film à ce moment-là, mais je me suis dit que c’était vraiment formidable, et très efficace dans la communication d’un message à un grand nombre de personnes. Donc, après cela, je n’ai cessé de regarder des films à chaque fois que j’en avais l’occasion.

Quels genres de films aimez-vous et pourquoi?
Mmmm ... Bien sûr, il ya beaucoup de grands cinéastes dans ce monde, mais j’aime surtout les films japonais - Kurosawa et Ozu, en raison de la façon dont ils filment, dont ils racontent l’histoire. Ils sont vraiment différents et sont très attachés à la dimension artistique du film.


Interview du réalisateur du film "Milarépa"
Que raconte votre film?
Mon film parle de la vie de Milarépa, principalement la première partie de sa vie. Il était le yogi tibétain du XIe siècle qui a débuté en tant que sorcier puis a quitté ses sentiers obscurs afin de consacrer sa vie aux pratiques du dharma (bouddhiste). Les personnages principaux sont aussi les vedettes de «La coupe», mais nous avons aussi de nouveaux visages cette fois.

J’ai entendu dire que vous avez une façon unique de prendre des décisions, est-ce vrai?
Cela dépend de quelles décisions on parle. Quand il y avait des problèmes météorologiques, comme lorsque l’on a dû quitter une vallée bloquée à cause de la neige, et d’autres choses de ce genre, la plupart des décisions ont été prises par le «Mo» (un processus de divination tibétain). Les autres décisions, inhérentes à l’organisation du plateau, j’ai les ai prises après concertation avec les personnes concernées.

A-t-il été difficile de réaliser votre film? Quels ont été vos principaux défis?
Ce fut difficile et compliqué pour de nombreuses raisons. Assurer le financement du film pour un jeune réalisateur est extrêmement difficile. Aussi, en tant que réalisateur de mon premier film, j’ai appris certaines choses sur le tas. Cependant, j’étais déterminé à révéler au monde l’histoire de ce personnage fascinant. Même si je connaissais l’histoire de Milarépa avant d’avoir fait ce film, les hauts et les bas rencontrés au cours de la réalisation m’ont conduit à m’inspirer davantage de sa vie. Ce que nous avons dû traverser n’est rien en comparaison à ce que, lui, a accompli, et les obstacles que
nous avons rencontrés et surmontés ont rendu l’achèvement de ce film encore plus gratifiant.

Est-ce que vos pairs ont trouvé étrange, que vous, un Rinpoché, fassiez des films?
En fait, mon vrai travail de Rinpoché est d’aider tous les êtres vivants. Le Bouddha a toujours dit, «Aide en fonction du temps, et à ce moment-là, n’importe quel chemin est la meilleure façon d’aider». Nous avons cet incroyable moyen d’accéder à de nombreuses personnes d’une manière qui est à la fois informative et divertissante, avec la possibilité de créer un véritable lien affectif. Donc, vu sous cet angle, je pense que mes pairs peuvent parfaitement comprendre la valeur de mon engagement dans ce film.

C’est votre premier film, avez-vous appris beaucoup sur l’ensemble du processus de
réalisation?
J’ai beaucoup appris en faisant ce film ; en fait ce film a été une très bonne école de cinéma!

Avez-vous des ambitions particulières pour ce film?
L’histoire de Milarépa en elle-même est très riche, avec beaucoup de merveilleux enseignements. Nous avons choisi de traiter la première partie de sa vie pour souligner l’importance de commencer un chemin spirituel fondé sur sa propre expérience de la souffrance. Il doit y avoir des raisons profondes derrière votre intention d’étudier la méditation, l’approche selon laquelle tout cela n’est que magie et expériences formidables ne peut durer. Ce qui vous rend sincère se voit à votre conscience des vérités de la vie. Si ce film permet, ne serait-ce qu’à une seule personne d’éprouver plus de compassion, de tolérance et de patience envers les autres, je serai plus qu’heureux.
D’un point de vue bouddhiste, c’est le don le plus précieux que nous pouvons offrir au monde.


Neten Chokling est né en 1973 dans une famille d’agriculteurs du centre du Bhoutan. A l’âge de deux ans, il a été reconnu par de nombreux maîtres comme la réincarnation d’un grand yogi tibétain, Chokgyur Lingpa.
Les bhoutanais savent que dans leurs précédentes incarnations, Neten Chokling Rinpoché et Khyentse Norbu (réalisateur de La coupe et Voyageurs et magiciens) se connaissaient et ont accomplit de grandes choses. C’est donc en parfait enchaînement que Neten Chokling a été l’un des principaux acteurs de «La coupe» (tourné dans le monastère de Neten) et a collaboré à «Voyageurs et magiciens» en tant que réalisateur de seconde équipe, coach d’acteurs et cascadeur occasionel ...
Fasciné par le pouvoir de l’art cinématographique et de l’impact émotionnel de la narration, Neten Chokling a eu un premier contact avec le cinéma lors de sa participation au tournage de «Little Buddha» de Bernardo Bertolucci . Son apprentissage a continué avec Khyentse Norbu sur «La coupe», où Neten était impliqué depuis la pré-production jusqu’au mixage du son en Australie. Il a réalisé plusieurs courts métrages, mais attribue la majorité de son éducation cinématographique aux nombreux visionnages des films de Akira Kurosawa qu’il admire. «Milarépa : la Voie du Bonheur» est son premier long métrage.

En plus d’être cinéaste, le Lama Neten Chokling Rinpoché est le chef spirituel d’une importante lignée du bouddhisme tibétain, responsable d’un monastère de 150 moines dans l’Himalaya indien, et d’un ancien monastère au Tibet abritant plus de 100 moines.
Bien que la formation traditionnelle et son activité de compassion sera toujours au coeur de la mission de Neten Chokling , il espère partager sa vision sur le grand écran.


Mardi 29 Septembre 2009
Alessandra Buronzo


Programme minceur et bien-être 100% nature

Programme minceur et bien-être 100% nature


Découvrez le programme minceur et bien-être 100% nature d’Alessandra Moro Buronzo, présenté par Olivia Adriaco. Recevez tous les jours vos emails de coaching ainsi que des vidéos conseils pour retrouver la ligne et la forme grâce à l’approche mise en place par Alessandra Moro Buronzo. Accédez à des plans repas, des listes de courses hebdomadaires et passez votre test des Fleurs de Bach pour découvrir le mélange qui répondra à vos besoins. Posez vos questions à une équipe de diététiciennes dédiée à votre bien-être et découvrez la communauté « Maigrir 100% Nature » pour vous aider à atteindre votre objectif. Passez dès maintenant votre bilan minceur GRATUIT avec Alessandra en cliquant sur le lien ci-dessous : http://methode-naturelles.aujourdhui.com/maigrir.asp


Les infos de...

Inscription à la newsletter

Français  Italian

Tous mes livres

Docteur, est-ce normal ou pas?

Mes astuces et conseils de NATUROPATHE

Antioxydants qui guérissent

Encyclopédie des fleurs de Bach

Bicarbonate de soude - Citron - Vinaigre - Argile - Miel - Sel. Les 6 produits miracles

Salades composées selon Alessandra !

La conscience de la nature

Epices qui guérissent

Mes recettes 100% fait maison : l'indispensable ; c'est moi qui l'ai fait

Remèdes de nos grands-mères